L’induction électromagnétique est fréquemment utilisée sur les sites archéologiques dont le sol environnant peut se révéler inapproprié aux méthodes magnétiques, et lorsque l’éventualité de structures enfouies, telles que cairns ou fondations de constructions, peut justifier la combinaison de deux ou plusieurs techniques géophysiques.

Les conductimètres EMI mesurent simultanément la résistivité apparente (quadrature) et la susceptibilité magnétique apparente (en phase), et comportent une bobine émettrice et 3-4 bobines réceptrices, pour le recueil de 6-7 ensembles de données provenant de 3-4 profondeurs en sous-sol. La bobine émettrice induit un champ magnétique primaire variant dans le temps, qui se propage au-dessus et sous la surface du sol en générant des courants alternatifs, également dits courants de Foucault, dans le sol et les objets qu’il recèle. Ces courants de Foucault créent un champ magnétique secondaire, qui est proportionnel au taux de changement du champ magnétique primaire, et est mesuré par les bobines réceptrices montées à distance déterminée de la bobine émettrice.

TARGET utilise l’instrumentation EMI de préférence à l’instrumentation plus lente et plus conventionnelle de résistivité électrique, en l’associant principalement à la magnétométrie, ce qui résulte en une topographie réussie de vestiges enfouis comprenant:

  • Fondations de châteaux
  • Sites entourés de douves
  • Enceintes et tumuli préhistoriques
  • Vestiges de colonies romaines
  • Dépôts de munitions de la Première Guerre mondiale
  • 20181102 132703
  • EMI TAG1800 IE39 8a